Dans les confrontations avec le président des États-Unis, le FBI est 4-0

Tim Weiner, l'auteur primé du Pulitzer de "Legacy of Ashes" et un chroniqueur de longue date des agences de renseignement américaines, s'est assis pour une entrevue avec Tobin Harshaw de Bloomberg pour discuter de la façon dont le FBI a traité des enquêtes antérieures impliquant la Maison Blanche.

La querelle entre le président Donald Trump et l'ancien directeur du FBI, James Comey, n'a presque pas de précédent dans l'histoire moderne des États-Unis. Comme l'explique Weiner, il y a eu quatre cas au cours des 45 dernières années – à l'exclusion de nos jours – où le FBI a confronté un président assis. Et jusqu'à présent, le bureau a prévalu à chaque fois.

Voici Weiner:

" Cinq fois au cours des 45 dernières années, le bureau a défait la Maison Blanche. Avec tout son respect pour Bob Woodward et Carl Bernstein, c'est le FBI qui a ramené Richard Nixon. Douze ans plus tard, le FBI a servi des mandats de perquisition et des assignations aux membres du Conseil national de sécurité de Ronald Reagan après l'imbroglio Iran-Contra. Les agents ont récupéré 5 000 documents de leurs ordinateurs – un exploit forensique sans précédent dans la virtuosité technologique. Cela a conduit à l'acte d'accusation d'une douzaine d'aides de sécurité nationale de Reagan.

Une décennie plus tard, c'était le FBI, sous la forme d'une assignation au médecin de la Maison Blanche qui a tiré le sang du bras du président Bill Clinton pour que les preuves d'ADN correspondent à la célèbre robe bleue de Monica Lewinsky qui a prouvé qu'il a commis un parjure et a mené à sa mise en accusation à la Chambre.

En 2004, le réalisateur Robert Mueller, le long de …

Lire la source en anglais

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils