Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing Madagascar Madagascar : Telma est opposé à la libéralisation du marché de la fibre optique initiée par le gouvernement

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #19468
    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress

    Même si l’avis de Telma se vaut, il n’est pas crédible. Dès 2015, Orange Madagascar voulait avoir sa propre fibre optique et le monopole de Telma l’en a empêché. La baisse des taxes est une baisse de recettes pour l’Etat. Avec une concurrence ouverte, la baisse des prix est beaucoup plus garanti. En sachant que les prix des forfaits à la donnée ont baissé uniquement quand tous les opérateurs s’y sont lancés. Telma a eu le monopole filaire depuis des décennies. Il est temps que ça change.

    (Agence Ecofin) – Le groupe télécom malgache Telma, par la voix de son administrateur directeur général, Patrick Pisal Hamida (photo), s’est exprimé sur la libéralisation du secteur de la fibre optique initiée, en mai 2019, par le gouvernement, pour faire chuter les coûts d’accès au haut débit.

    Lors d’une conférence de presse, le 27 septembre 2019, le patron de Telma, qui a qualifié le nouveau décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret N°2014-1652 du 21 octobre 2014 portant cadrage de la mutualisation dans le secteur des Télécommunications de « fausse bonne idée », a plutôt préconisé une baisse du droit d’accises.

    Selon Patrick Pisal Hamida, « Internet est aujourd’hui un luxe parce qu’il est taxé comme un produit de luxe ».

    Pour lui, « pour toute réduction de 1 % des droits d’accises, Telma baissera de 10 % le prix de la fibre optique grand public […] Partout en Afrique où les télécommunications sont taxées, l’usage est faible. L’enjeu, c’est de faire baisser les prix […] La semaine dernière, le ministre de tutelle s’est engagé à aider les opérateurs téléphoniques. Nous lui demandons d’aller jusqu’à 5 % de baisse des droits d’accises afin de réduire de 50 % le prix de la fibre optique […] Madagascar est aujourd’hui soumis à 20 % de TVA et 8 % des droits d’accises, pour un taux de pénétration inférieur à 30 %. Nous devrions aujourd’hui être à 60 % ».

    Dans l’ancien décret, un alinéa de l’article 4 interdisait aux opérateurs titulaires de licence de « construire, installer ou de déployer de nouvelles capacités de transmission de fibre optique dupliquant les liaisons nationales existantes ».

    D’après Patrick Pisal Hamida, libéraliser le marché de la fibre optique pour que les concurrents déploient l’infrastructure télécoms sur le même territoire n’est pas viable. Il considère la mutualisation des infrastructures plus intéressante.

    « Oui, nous sommes dans une position dominante actuellement, mais c’est parce que nous avions investi pendant que les autres n’ont rien fait », a-t-il souligné en invitant les autres opérateurs télécoms à s‘intéresser aux 5 000 km qui restent à couvrir sur l’ouest de l’île.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Font Resize
Contrast