Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing Billevesées Les agriculteurs bio utilisent-ils moins de pesticides ?

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Houssen Moshinaly, il y a 4 mois et 3 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #11452

    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress

    Dans une série, Marc Brazeau tente de dire débunker le mythe que les agriculteurs bio utilisent plus de pesticides que les agris conventionnels. Même si la série d’articles est intéressante, elle est biaisée à plus d’un titre.

    Dans le premier article, Brazeau prétend que les agri bio utilisent moins de pesticides et ses preuves sont de demander à d’autres agris bio…. Merci mec, dès le premier article, le truc est déjà biaisé à mort parce qu’on dirait qu’il ne comprend pas qu’un être humain pour mentir. Certes, il a recueilli quelque témoignages, mais un témoignage n’a pas de validité de preuve.

    Pour le prouver, il aurait fallu qu’il aille mesurer le niveau de pesticides dans chaque champ bio à différentes périodes pendant toute l’année. Le pire est que Brazeau a recruté les témoignages d’agri via un groupe Facebook dédié à son site  Autant dire que ce n’est pas représentatif, mais surtout, on n’a jamais prétendu que les agriculteurs bio utilisent plus de pesticides que les agris conventionnels, mais on dit qu’ils en utilisent. La narration de la propagande bio est qu’elle n’utilise aucun pesticide et c’est ça qu’on dénonce. De plus, les pesticides bio ne sont pas aussi bien régulé et surveillé que les pesticides de synthèse et donc, c’est très difficile de surveiller ce qui se passe réellement sur le terrain. De plus, le marché du bio n’hésite pas à promouvoir des pesticides bio qu’on peut fabriquer soi-même qui inclut entre autre la nicotine.

    Dans le second article, Brazeau tente de prouver les témoignages du premier article par des données. Mais c’est encore biaisé, car tout ce qu’il prouve est que les agri bio utilisent moins de pesticides et on ne le nie pas. Mais là où il se prend les pieds dans les tapis bio, c’est quand il ose dire que le Rotenone est nécessaire pour la culture de la banane bio. C’est une blague ! Il n’y a aucune différence entre un produit bio et conventionnel, car les nutriments sont exactement les mêmes. C’est comme si on disait qu’il y avait des médicaments contre l’hypertension performants sur le marché, mais qu’il faut pratiquer la saignée parce qu’on le fait depuis l’antiquité. C’est stupide et malhonnête. C’est vrai que la culture conventionnelle de la banane utilise aussi un autre pesticide, l e Chlorpyrifos, peut être toxique, mais il l’est moins que le Rotenone. Ce dernier provoque la maladie de Parkinson et même si les agris bio ont réduit son utilisation, il est massivement utilisé chez les maraichers et les jardiniers.

    Dans le troisième article, l’auteur tente d’analyser les techniques de contrôle des insectes dans le bio. Mais dès le premier paragraphe, ça coince, il montre une feuille d’impot qui montrait qu’un agri bio n’utilisait aucun pesticide. De plus, il se concentre sur la culture des vignobles, des vergers et de différents produits frais. Il fait exprès d’éviter les analyses sur les principales semences agricoles que sont le maïs, les céréales ou le soja. Bien sûr, dans ce type de culture spécialisée, tu peux te passer de pesticides de synthèses, mais pour des cultures à grande échelle avec une concurrence mondialisée, l’utilisation du bio équivaut à la mort de la production.

    A aucun moment, l’auteur souligne que les cultures bio ont un rendement largement inférieures aux rendements traditionnels, à aucun moment, il ne dénonce le marchandage de peur de la propagande bio. En somme, il cache tous les défauts du bio en se concentrant sur les avantages et en disant que c’est la méchange agri mainstream qui est la grande complotiste. Des articles assez pathétiques en fin de compte

     

     

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils