Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Houssen Moshinaly, il y a 1 mois et 1 semaine.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #10779

    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress

    Un article de CNBC montre que les dirigeants de Facebook suivent  la même mentalité que Nokia et Blackberry avec l’apparition de l’iPhone. Pendant des années, ces deux entreprises ont fait comme si de rien n’était et quand elles se sont réveillé, c’était déjà trop tard. Nokia et Blackberry ont mordus la poussière.

    L’article estime que Facebook suit une trajectoire similaire. Avec les découvertes que le réseau social ait influencé les élections américaines, Facebook est empêtré dans plusieurs scandales. Le dernier en date concerne Cambridge Analytica qui aurait accédé aux données des utilisateurs de Facebook à leur insu.

    Plutôt que d’admettre le problème des algorithmes et de proposer de vraies solutions, les dirigeants de Facebook les ont minimisé en menaçant même les journalistes qui enquêtaient sur l’affaire de Cambridge Analytica.

    Mais le plus inquiétant est que les dirigeants de Facebook vendent leurs parts dans Facebook à des rythmes effarants. Zuckerberg prévoit de vendre certaines de ses actions Facebook pour une valeur de 13 milliards de dollars à la mi 2018. La version officielle est pour soutenir la  Chan Zuckerberg Initiative (CZI), une fondation qu’il a lancé avec sa femme. Notons que de nombreux ont estimé que cette CZI est plus une tactique pour faire de l’évasion fiscale.

    Quand Twitter était en difficulté, ses anciens dirigeants ont racheté de nombreuses actions en masse pour montrer leur soutien. Zuckerberg, mais également Sandberg qui a vendu pour 300 millions de dollars. Sans parler de Jan Koum, le fondateur de WhatsApp, racheté par Facebook, qui s’est débarrassé de 2,8 milliards de dollars d’actions Facebook l’année dernière. Alors qu’ils devraient soutenir le réseau social, les principaux dirigeants sentent la prochaine incurie qui vient et veulent se mettre à l’abri.

    Toutefois, les médias veulent absolument que Facebook porte le chapeau de la victoire de Trump et ce ne sera pas le scandale dans les bacs du réseau bleuté. Il est étrange que Google, qui a son lot de scandales, ne soit pas visé par les médias. Encore une fois, c’est une bataille entre les médias traditionnels et les nouveaux médias basés sur le contenu des utilisateurs.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils