Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing Science Environmental Health Perspectives et NIEHS, des torchons pseudoscientifiques

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Houssen Moshinaly, il y a 1 semaine et 3 jours.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #16480

    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress

    Chez les écolos militants et les chimophobes, vous allez souvent entendre parler d’une revue appelée Environmental Health Perspectives. Par exemple, ce sont toutes des études pourries, corrompues, et uniquement conçues pour faire peur et aller dans le sens de ce que veulent les auteurs. C’est à dire que dans Environmental Health Perspectives, vous avez les pires salopards de l’anti-science, adeptes d’une vision sectaire de la nature. Et pour cause, cette revue fait partie du NIEHS, une organisation qui hait l’industrie sous toutes ses formes. Imaginez des bobos gauchistes de merde qui ont des millions de dollars provenant de contribuables américains, pour faire de la propagande anti-science.

    Cette revue est à l’origine de la diabolisation du diacétyl dans les e-liquides de cigarette électronique alors qu’on n’a pas jamais prouvé l’effet négatif du diacétyl avec la vape. La revue Environmental Health Perspectives est contre la chimie sous toutes ses formes, promeut agressivement des énergies alternatives alors qu’elles sont totalement inefficaces.

    Et en fait, on peut considérer qu’Environmental Health Perspectives est une revue prédatrice. Tout ce qui sort de cette revue est de la merde, par défaut. Même pas besoin de lire les études qui sortent de ce sac d’excrément. Selon la base de données de Retraction Watch, cette revue possède 7 papiers officiellement rétractés. Et évidemment, une rétractation d’un papier est la chose la plus grave, mais je dirais que la plupart des papiers de cette revue sont très moisies.

    Et même des organisations comme l’Inra se laissent avoir. Une étude sur des cocktails de pesticides avec des effets métaboliques. Les chercheurs mentent éhontément en disant que c’est du faible dose. Ils ont utilisé une DJA humaine chez des souris, ce qui fausse déjà les résultats. Ils ont étendu les expériences sur 1 an, alors qu’on ne doit pas dépasser les 2 mois, car au bout d’un certain temps, on pourra voir ce qu’on veut dans un organisme aussi rapide qu’une souris. Le blog Seppi montre les énormes faiblesses de l’étude, mais il est plus compétent que moi.

    Donc, gardez à l’esprit que tout ce qui sort de la revue Environmental Health Perspectives et du NIEHS est de la merde par défaut. Après, c’est à eux de prouver leur véracité, mais toutes les études, médiatisées de cette revue, méritent une place de choix à la poubelle.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Font Resize
Contrast