Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing Afrique Burkina Faso : vers un prochain retour du coton transgénique ?

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Houssen Moshinaly, il y a 5 mois et 2 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #10678

    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress

    Contrairement à ce qu’on peut lire sur les médias de masse et autres propagandistes du bio, les OGM ne sont pas du tout nocifs pour la santé et dans certaines régions, c’est la seule manière de sauver l’agriculture de tout un pays. Toutefois, dans l’affaire du coton OGM du Burkina Faso, Monsanto a fait une erreur de taille en ne testant pas suffisamment les semences pour la longueur des fibres. J’espère qu’ils vont corriger le tir avec Bayer. Cela montre l’importance des OGM pour l’Afrique, même si le Burkina Faso a une première mauvaise expérience avec les OGM, ils ont compris que les semences OGM sont le futur de l’agriculture qu’on le veuille. Et pendant ce temps en Europe et aux Etats-Unis, on continue de distiller la peur et le mensonge sur les OGM et les produits phyto.

    (Agence Ecofin) – Après avoir subi une déconvenue avec le coton génétiquement modifié (CGM) de la firme américaine Monsanto, le Burkina Faso envisage de se tourner vers le chimiste allemand, Bayer.

    En effet, d’après Wilfried Yameogo (photo), directeur de la SOFITEX, qui indique que les discussions ont été ouvertes depuis 2014, cette nouvelle aventure n’attend que l’entérinement du rachat annoncé en 2016 de l’entreprise américaine par Bayer, pour 66 milliards $.

    « Nous avons exprimé notre souhait d’établir un partenariat avec Bayer. Ils ont dit d’attendre parce qu’ils sont dans le processus d’acquisition de Monsanto.», a confié à Reuters M. Yameogo.

    « Nous avions eu des problèmes avec Monsanto en raison de la longueur des fibres. Si nous travaillons avec Bayer ou avec un autre développeur de technologie, ce paramètre devra être corrigé.», ajoute le dirigeant.

    Le CGM développé par Bayer sous les noms de marques TwinLink Plus et TwinLink, incorpore à l’image de celui de Monsanto, un gène Bt qui produit une toxine contre certains ravageurs, ce qui permettrait en théorie aux exploitants de limiter le recours aux pesticides.

    D’après Reuters, les pertes économiques liées aux dommages de Bollgard II, la variété de coton de Monsanto responsable de la production par le Burkina Faso de fibres plus courtes, de faible qualité, ont été évaluées à 85 millions $.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Font Resize
Contrast
Aller à la barre d’outils