Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing kULTURE Avis sur le film Us, un tableau de maitre de la dépression économique américaine

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Houssen Moshinaly, il y a 3 mois et 2 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #18847

    Houssen Moshinaly
    Admin bbPress
    Avis sur Us

    Dans le film Us, Jordan Peele peint un tableau. Un chef d'oeuvre où le rouge, se mêle au noir et au blanc pour montrer la dépression économique américaine.

    Note de l'éditeur

    4.5

    Le film Us est une tuerie dans toutes les sens du terme ! Dans Get Out, Jordan Peele avait utilisé intelligemment et négativement le prisme de l’horreur pour réfracter les angoisses noires quant à la vie dans l’Amérique blanche. La terreur centrale du film, Le lieu englouti, une sorte de limbo dans le soi, était une métaphore qui englobait les questions d’identité, de conscience et de l’autonomie de son propre corps noir.

    Le début du film Us

    La suite de Peele, Us, suggère un C.H.U.D. (une pique lancée par ceux de la gauche envers l’extrême-droite américaine) plus élégant pour l’ère Trump. Même s’il n’est pas aussi satisfaisant que Get Out, le film Us est à la fois plus sombre et ambitieux et plus large dans ses thèmes.

    Dans le film Us, Jordan Peele peint un tableau. Un chef d'oeuvre où le rouge, se mêle au noir et au blanc pour montrer la dépression économique américaine.

    Le film Us s’ouvre en 1986 avec une petite fille, Adelaide (Madison Curry), errant dans un parc d’attractions à Santa Cruz, en Californie. Elle s’éloigne de son père distrait et se réfugie lors d’une tempête dans une salle des glaces, dont la signalisation l’invite à se retrouver et elle le fait, rencontrant littéralement son Doppelgänger.

    Dans le présent, Adelaide Wilson (désormais interprétée par Lupita Nyong’o) revisite la même zone avec son mari, Gabe (Winston Duke), et leur fille adolescente (Shahadi Wright Nelson) et leur fils prépubère (Evan Alex). Un voyage à la plage réveille ses peurs de son ombre, et cette nuit-là, son sosie, qui a également grandi et sa famille de sosies vêtus de rouge, envahissent le domicile des Wilson et les terrorisent.

    Les Doppelgänger du film Us

    Ces envahisseurs sont des versions très obscures des Wilsons, des demi-clones brutalement animaux cherchant à se venger des vies maudites opposées, mais égales qu’ils ont été forcés de mener. Chaque fois que les Wilsons prenaient un repas chaud et savoureux, leurs homologues mangeaient des lapins sanglants et crus et chaque fois que les Wilson avaient des enfants aimants, bien portants, leurs homologues donnaient naissance à des psychotiques.

    Le film Us de Peele adopte une idée que Michel de Montaigne a exprimée dans le titre de son essai Le profit de l’un est dommage de l’autre. Et pas seulement que le capitalisme a ses gagnants et ses perdants, mais que chaque gain qu’une personne gagne est directement lié à la perte d’une autre. Les Wilsons appartiennent à la classe moyenne supérieure.

    Vous avez tout et nous n’avons presque rien

    Ils ont une maison d’été, une belle voiture, même un bateau et leurs doubles écarlates n’ont rien. Ou plutôt si, mais quelques miettes, reflets de ce qu’ils auraient pu vraiment avoir. Ici, Peele montre tout son génie en évitant une dichotomie entre ceux qui ont « tout » et « rien ». Mais plutôt que les perdants ont des versions minables des choses possédées par les gagnants. Cela semble jouer sur les peurs de certains Afro-Américains économiquement ascendant. Que dois-je à la communauté ? Ai-je laissé les autres derrière ? Est-ce que je suis devenu trop mou ?

    Comme dans Get Out, les personnages afro-américains du film Us sont pris d’assaut, non pas dans les centres-villes de l’imagination blanche. Mais dans des espaces suburbains supposés plus sûrs des classes supérieures. Mais le film Us dépasse également de tels thèmes raciaux. La vengeance de l’ombre infligée aux Wilson est en fait un fléau qui touche toutes les familles dans le film Us. C’est un point de l’intrigue que Peele introduit avec le décès inattendu, et assez violent, des plus proches amis des Wilson. Les Tylers, très blancs, y compris une mère, jouée par Elisabeth Moss, qui sirote un rosé à la plage avant que l’enfer ne s’abattent sur eux.

    Le film Us nous montre une classe vengeresse

    Dans le film Us, Peele est moins préoccupé par le black que par l’économie, car les doubles hurlants et tueurs qui tourmentent les Wilton représentent une classe vengeresse. Qu’est-ce que vous êtes, les gens ? demande Gabe quand la terreur commence. Nous sommes des Américains ! répond le double de sa femme avec un sifflement. Il est tentant de lire que ces Américains sont la base amère de Trump, se levant pour détruire la fausse idylle qui était le réconfort, du moins pour certains, du statu quo américain.

    Le scénario du film Us est soigneusement construit, à tel point que la phrase choc d’une blague apparemment jetable est immédiatement comprise comme une prédiction intelligente d’horribles choses à venir. S’appuyant sur son expérience comique, Peele a une capacité étonnante à insérer des éclats de rire dans des moments de grande terreur, soulageant la tension sans la diffuser. Et cette tension peut être envahissante. La mise en scène de film Us par Peele est sophistiquée, créant des atmosphères étranges et maximisant le suspense alors que sa caméra bouge avec la grâce d’une danseuse de ballet, un aperçu de ce que le spectateur voit parfois dans des flashbacks.

    Une vision cauchemardesque de la pauvreté américaine

    Les visuels les plus frappants approchent de la fin, alors que l’exposition longtemps différée introduit une ville clone souterraine cauchemardesque, composée de tunnels ressemblant à des couloirs d’hôpitaux. Là, les doubles étaient obligés d’imiter les mouvements de leurs homologues de surface. Ces corps maudits sans leurs propres âmes viennent alors chercher de l’air pour tuer, puis se tiennent par la main, s’inspirant de Hands Across America.

    (Et sur l’étagère à côté de la télévision montrant qu’il s’agit d’une copie VHS de CHUD) Dans les années 80, cette action collective, nous dit-on, avait pour but de sensibiliser le public à la faim et c’est ce qu’elle fait également dans le présent. Mais d’une manière différente. Le peuple national des taupes, venu pour éradiquer ses oppresseurs, a certainement faim, pas seulement physiquement, mais aussi émotionnellement et spirituellement. Les pauvres de Jordan Peele dans le film Us ont faim de confort, des plaisirs et des nécessités de base qui leur ont été refusés depuis si longtemps. Le film Us est un chef d’oeuvre et je vous invite à le voir et à le revoir.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Font Resize
Contrast