Répondre à : Avis sur la série Stranger Things

Accueil Accueil du Forum de Houssenia Writing kULTURE Avis sur la série Stranger Things Répondre à : Avis sur la série Stranger Things

#10798

Houssen Moshinaly
Admin bbPress

Alors que la première saison de Stranger Things est irréprochable, je regarde la seconde saison et je suis déçu par certains aspects. L’un des principaux problèmes est l’incompréhension du Monstre sans nom si cher à Stephen King.

Dans la première saison, le monstre sans nom a été bien exploité, mais dans la seconde saison, il est devenu un élément scénaristique ce qui fait qu’il a perdu son titre de monstre sans nom. Pour ceux qui l’ignorent, le Monstre sans Nom est un mythe dans la littérature de l’horreur dont le maitre absolu est Stephen King. En termes clairs, c’est une menace qui veut vous bouffer ou tuer sans aucune raison. C’est une menace qui est constamment en trame de fond sans raison apparente.

Stephen King l’a souvent utilisé, notamment dans Brume. Le pitch est très simple, après un orage, une brume envahit une ville et des personnes se retrouvent piégé dans un supermarché, car quiconque s’approche de la brume se fait bouffer par des monstres lovecraftien. L’intérêt de l’histoire concerne les interactions humaines des personnages dans le supermarché sous cette menace sans nom.

Et dans la première saison de Stranger Things, ce mythe avait bien marché. Le monde à l’envers était à peine visible et même le monstre, on ne le voyait quasiment pas. C’est une menace qui pouvait surgir de nul part sans aucune raison. Mais dans la seconde saison, le parti pris est qu’une partie du monde à l’envers chevauche le monde réel et là on pose la question interdite par les tables de la loi de l’horreur  : Pourquoi ?

Quand on écrit une histoire avec le monstre sans nom, le lecteur ou le téléspectateur ne doit jamais poser la question du Pourquoi, car à la seconde où il la pose, le monstre sans nom possède une intention ce qui détruit le mythe. Pourquoi un chevauchement sur la réalité, pourquoi il s’empare du garçon, pourquoi une forme végétale, pourquoi une communication collective ?

Le monstre sans nom est très difficile à manier, car c’est un mythe exclusif. Vous devez l’utiliser sans apporter aucun autre mythe et Stephen King, passé maitre dans ce concept, l’utilise avec parcimonie de manière souvent temporaire. Doug Walker de Nostalgia Critic déteste Stephen King pour cette raison, car à la moindre glissade, le monstre sans nom peut transformer votre histoire proche du chef d’oeuvre en un navet.

La première saison de Stranger Things était cohérente à tous les points de vue, mais la seconde saison propose un développement séparé plutôt que parallèle des personnages ce qui donne que ça part dans tous les sens sans aucune consistance. Je vais être méchant, mais j’ai l’impression qu’une bonne partie de Stranger Things : Saison 2 est un Filler pour les prochaines saisons. Dès la première scène, on nous montre un nouveau personnage qui est l’autre fille. Et là, on se dit, d’accord, ils vont la développer. que dalle ! L’autre fille mérite simplement un épisode entier, mais sans aucune connexion avec l’intrigue principale.

Le personnage de 11 est totalement déconnectée du reste de l’histoire. On  va me dire que l’autre fille aura une importance dans les prochaines saisons,mais dans ce cas, attendez les prochaines saisons pour l’intégrer. Pourquoi la bacler pour un seul épisode. Et surtout, cet épisode arrive quasiment à la fin de la saison ce qui renforce l’incohérence absolue du truc.

Ensuite, la putain de romance de merde entre les 2 adolescents. On prend une bonne partie d’un épisode pour développer cette romance alors qu’elle n’apporte rien à l’histoire. Stranger Things Saison 1 était un puzzle dont les morceaux se rassemblaient au fur et à mesure et la seconde saison donne l’impression que quelqu’un a sauté à pieds joints sur ce puzzle en éparpillant tout le monde.

Le principal aspect de Stranger Things est qu’une bande de gamins tente de gérer les problèmes d’un monde d’adulte. Mais la seconde saison montre que chaque gamin suit sa propre histoire. Où est la bande de potes caractéristiques de Stephen King dans Le Corps, par exemple ?

Je ne dis pas que Stranger Things Saison 2 est mauvaise en tous les points de vue. Les personnages sont toujours bons, mais il n’y a plus le fil conducteur et le suspens, qui est constamment présent dans la première saison, n’est plus là.

Font Resize
Contrast